Corpus scripti

2015.06.19    –    2015.09.20    Promenade Photographiques (Vendôme)
2012.09.14    –    2012.11.15      église Saint-Maurice (Lille)

Marcel Moreau est à la fois un écrivain essentiel et un ami indispensable, j’entretiens pour le premier une indéfectible admiration et pour le second une féconde et nécessaire relation. J’ai emprunté à l’un de ses livres le titre de cette exposition, il m’a fait l’honneur et la joie de la paraphraser ainsi :

 

toujours l’aurore

Jean-François nous dit ce qu’il a appris et ce qu’il désapprend.
Jean-François se méfie des chemins, leur préférant l’espace.
Jean-François respecte trop sa soif pour manquer d’eau.

Hiko, Marcel, le Loup, l’Enfant, le prophète
les héros de Jean-François,
ce ne sont pas des créatures tout en douceur.
« le loup qui comprend l’agneau est perdu (…) » disait Michaux.

Jean-François dit partir.
Mais pour lui partir, s’évader, c’est se construire.
Faiseur de lucidité, il sait que toute pensée qui ne se cherche pas devient une morale sans issue.
Il sait que tout lui reste encore à faire, jusqu’à l’aurore.

Pierre Dailly

textes et photographies de Jean-François Spricigo
les éditions les pierres
mai 2012 | 12 x 12cm, imprimé sur papier recyclé | 68 pages, 8 photographies  | 10 €

Marcel Moreau

extrait d’une lettre d’Anaïs Nin à Marcel Moreau – 1972
Comme poète, vous avez atteint des couches de l’expérience dont les psychologues ont dit tout bas l’existence, et auxquelles la plupart d’entre nous refusaient de croire. Mais moi j’y crois, et je suis très impressionnée – en tant que poète et en tant que femme. Il ne s’agit pas d’un nouveau livre à lire, il s’agit d’une nouvelle vie à vivre; comme si, telles les plantes, nous ignorerions jusqu’à ce jour combien de tentacules, combien de feuilles, combien de pistils, combien de parfums différents renfermaient nos corps. C’est un livre qui agrandit l’être et le fait aller plus loin qu’il n’a jamais été dans ses propres réactions. Le vrai révélateur. Je ne pourrais vous dire toute la subtilité, tout le caractère à la fois sensuel et intellectuel de la langue que vous avez utilisée et qui permet à notre corps comme à notre esprit, de réagir et d’emprunter les allées que vous avez ouvertes…

Ouvrage collectif autour de l’écrivain Marcel Moreau.
avec des textes, dessins, peintures et photographies de :

Lydie Aryckx
Jean Dubuffet
Anaïs Nin
Michel Onfray
Jacques Sojcher
Jean-François Spricigo

Revue Ah !
les éditions Cercle d’Art
2012 | 248 pages | broché | 19.20 €
EAN: 9782702209837

 

en famille

2011.05.28    –    2011.08.28    Libera Accademia di Belle Arti (Brescia, Italie)
2010.01.06    –    2010.03.04    Maison de la Culture (Tournai, Belgique)

Mon Ami
par Marcel Moreau

À l’intime de ses sens en éveil, il y a déjà ce « léger tremblement du regard » au bout duquel le visible, à coup sûr, commencera une autre vie, plus vraie que la précédente à la remorque de ses seules apparences. Le regard insiste, le « léger tremblement » de même : il en résulte un invisible dont les épiphanies s’obtiennent tantôt au « grattage », tantôt à l’« arraché, ou encore à la « caresse ».
La photographie, chez Jean-François Spricigo, semble bel et bien avoir été précédée un bref instant – l’instant d’une fulgurance – d’un regard tourné vers ses propres profondeurs, de chair et de sang. L’œil intérieur sait ce qu’il fait, et pourquoi il le fait, quand il conditionne l’acuité de sa perception à l’expérience qu’il a des plongées vertigineuses dans les fosses abyssales du corps, là où se situe tel visage englouti de lui-même au départ de toutes ses transfigurations. Je connais cela aussi en littérature, lorsque, par exemple, les mots en train de s’écrire tirent l’essentiel de leur vérité des mouvements qu’imprime à leur contenu ma vie organique, en prise sur les « entrailles » du langage. Il est des moments où un art, quel qu’il soit, n’est jamais plus péremptoire qu’au détour des « phénomènes atmosphériques » qu’il provoque en faisant se rencontrer dans une anatomie donnée la violence d’un « putsch » et la délicatesse d’une poésie.
J’ai déjà eu l’occasion de dire et d’écrire tout le bien que je pensais du talent de Jean-François, à quoi j’ajoute le prix que j’attache à son amitié. Je ne me sens pourtant pas suffisamment « de mon temps » pour accorder aux images une attention plus considérable que celle que requièrent les mots.
Mais ses images à lui ont du « vocabulaire ». Leur auteur lit, aime lire, il en reste quelque chose dans le son qu’elles émettent, pour qui a l’oreille fine. De par ce son, elles m’invitent irrésistiblement à m’y arrêter, outre qu’elles ont le don, mine de rien, de ne jamais laisser indifférente mon aventure personnelle, vécue à haute température, entre Verbe et Vénus.
J’ai évoqué à leur propos, au début de ce texte, un « léger tremblement du regard ». Léger mais point volatile, puisqu’il est à l’origine de quelque salubres perturbations, infligées à l’esprit de géométrie sitôt que ce dernier prend sa part des illusions d’optique. Que l’on me comprenne bien, par « léger », j’entends une gravité (un largo ?) mettant ses pas dans ceux d’un dansable (en somme une clairvoyance donnant des signes de lévitation… ). Quant au tremblement, son épicentre et ses répliques sont sans doute à chercher du côté d’une révolte de tous les sens devant la réalité du monde tel qu’il est et qu’il va, davantage que du côté de leur dérèglement, l’art des secousses libératrices y gagne ses lettres de noblesse.
C’est beau, fort et inaugural à la fois…

__

Publication

2010

en famille, catalogue de l’exposition

__

Presse papier

2010

03.09    Le Courrier

__

Presse radio

2010

02.10    La Première – Journal de 13h
02.06    Musiq 3 – Journal de 13h

__

Presse TV

2010

01.23    No Télé – Info HO

partir, livre

Les quelques courts textes et les photos du livre présentent l’histoire généreuse et candide d’un enfant et d’un chien, Jean-François et Hiko. Est-ce Jean-François qui parle d’Hiko ou bien, ou bien est-ce Hiko qui parle de Jean-François ? De savoir qui est le maître est sans importance.
Les histoires d’amour quand elles parlent d’amour parlent toujours de l’un quand elles disent l’autre, et dans ce va-et-vient chacun se découvre.
Parmi les écrivains, certains aiment les bêtes. Céline aimait son chien et Léautaud ses chats. Moi, j’aime les récits des rencontres humaines et combien celle-ci, de l’homme ou de l’enfant avec un chien, est une sorte d’aventure, de vertige à la mesure de l’existence.
Pour mon bonheur et pour le bonheur de chacun, je pense, – je devrais plutôt parler de chance – par chance donc, Jean-François qui aime les chiens aime aussi la photo et aime aussi écrire.

Pierre Dailly

textes et photographies de Jean-François Spricigo

les éditions les pierres
février 2011 / 12 x 12cm, imprimé sur papier recyclé / 40 pages, 5 photographies / 8 €

Revue des Deux Mondes

Revue des Deux Mondes – anima

Hors-série de La Revue des Deux Mondes publié à l’occasion de l’exposition anima à l’Institut de France.

septembre 2009  / 15*23,5cm / 34 pages
ISBN 978-2-35650-017-5

Textes de Marc Ladreit de Lacharrière, Arnaud d’Hauterives, Anne Biroleau, Robert Delpire et Marcel Moreau
Photographies de Jean-François Spricigo

interview radio

Interview radio de Marcel Moreau et Jean-François Spricigo par Thierry Génicot à l’occasion de l’exposition notturno au Botanique (Bruxelles).
Diffusée le 7 juillet 2007 dans l’émission La Pensée et les Hommes de La Première (RTBF).
Durée : 30min 37sec

silenzio

2009.10.19 – 2009.10.25    Bibliothèque d’Østerbro (Ambassade de Belgique à Copenhague, Danemark)
2008.01.11 – 2008.02.28    Excellence (Bruxelles)
2007.04.21 – 2007.06.25    Cultuurcentrum (Hasselt, Belgique)
2006.04.22 – 2006.05.15    Centre Wallonie Bruxelles (Paris)
2006.04.06 – 2006.04.30    artcore (Paris)
2005.09.21 – 2005.11.06    Contretype (Bruxelles)

 

Un Visionnaire intempestif et libre
par Marcel Moreau

J’aime beaucoup ce qu’il fait, je veux dire ce qu’il défait. Son savoir-défaire fait mieux que bien des accomplissements.
Il est facile d’être un faiseur. Il suffit de donner du paraître, toujours plus de paraître, à la florissante entreprise des faillites de l’être. L’ « air du temps » est propice aux faiseurs. Le temps des faiseurs s’emploie à accoutumer le regard – l’esprit aussi – à la séduction vénale des mirages de société. Il le conditionne à la berlue, en tant que valeur marchande. Au fond, quand on y songe, rien de plus proche de la prostitution qu’un regard, en cette époque où le spectaculaire décide, en maître, du destin des hommes et des choses. À l’immense devanture des images, les apparences offrent leurs charmes au regard. Le regard ne met pas longtemps à acheter son plaisir de regarder. Les profondeurs peuvent aller « se rhabiller ». Nue, leur vérité décourage la crédulité, jugule le vice, nous rappelle que la connaissance n’est pas fille facile, dont on jouirait à la sauvette. Elle n’est donc pas de mise.

À une époque où, hélas, la frivolité flatte et règne, l’œuvre de Jean-François Spricigo fait, face à cette frivolité, figure d’hérésie ô combien nécessaire.
Le photographe de toute évidence n’est pas de la religion des montreurs d’appas. Montrer, ce n’est pas assez pour lui. Montrer les appas, c’est trop. Il ne s’agit pas, dans son cas, de nier le visible, mais de le renvoyer à ses soubassements, ses ratés, ses tares, ses failles, ses brouillons, pour les aimer, les faire aimer. Il sait plus que tout autre que s’il y a de la beauté dans ce monde, ses origines sont convulsives, quelquefois misérables : un effort insensé des ténèbres, ou de la boue, pour se poser en architectes. Jean-François retourne aux origines, à l’informe matrice, non pour l’enjoliver : en vue d’en relégitimer les bases chancelantes, friables, rebelles à l’esthétisation à tout prix, comme dogme, mode, source d’illusion, de facticité, donc de profit.
En pénétrant cette œuvre, en m’attachant à elle par ses alluvions, je me sens confirmé dans une de mes rares certitudes : l’ostentation nous ment, elle n’existe que pour plastronner, debout dans sa perversité, voire sa cupidité.
Il y a bien des années, j’écrivis ceci : « Vivre, pour moi c’est battre de vitesse ma décomposition. »

Surgir le premier, soit par un art, soit par toute autre forme de dépassement de soi, y compris, évidemment, en amour, sur cette ligne d’arrivée imaginaire qui sépare le passionnel du putrescible et le putrescible de l’anéantissant, c’était ce que j’appelais alors vivre. À ce jeu, je ne gagnais qu’accès d’ivresse, fulgurances d’orgasmes, mais je les gagnais contre l’extrême conscience que j’avais de mes progrès en dégradation. Pour vivre, le photographe n’a pas besoin de se jeter sur la ligne d’arrivée. C’est au départ, dans son œil du dedans, que se produit l’événement. Ici, point de compétition entre le périssable et l’au-delà du périssable. Sous l’œil du dedans, le périssable, intime et universel, en devient un mouvement créatif, fondateur, comme vital, une décomposition surmontée d’un vouloir. Une œuvre naît, ne cesse de naître, qui pousse la cruelle lucidité au paradoxe d’être en même temps une délivrance. L’œil du dedans se retourne dans ses frontières cavitaires, les recule. Il ratisse large dans les anfractuosités du visible. Il nous libère de notre dépendance envers l’insigne superficialité des petits arrangements – traditionnels – avec la réalité des gouffres. Avec lui, ce qui se meurt en nous n’est plus tout à fait d’un délabrement indigne d’une vivacité. Ce qui se meurt en nous, c’est ce qui se meurt aussi concomitamment dans nos civilisations de l’avoir, au détriment de l’être. La différence, c’est que l’œil du dedans voit plus loin et plus fort que ne le peuvent ou que ne le veulent les accélérations aveugles de l’histoire.
Le rythme de Spricigo n’est pas le mien, manifestement. Mais c’est comme si, généalogiquement, ils se rejoignaient, sur une même ligne, ni de départ ni d’arrivée ni tout à fait d’ailleurs, là se donnent mystérieusement rendez-vous l’exigence de vérité de l’un et celle de l’autre.
J’ajouterai à cela, tout simplement, mon plaisir d’avoir découvert un authentique artiste.

__

Publication

2005

« silenzio », livre de photographies
Éditions Yellow Now – ISBN 2-87340-198-2

__

Presse papier

2005

11.01    Exporevue
11.01    L’Art Même
10.06    Trends Tendances
10.01    Elegy
09.28    Le Soir Mad
09.22    The Bulletin
09.21    Télé Moustique
05.01     Marie Claire
04.19    Le Courrier de l’Escaut
04.16    Le Soir Victor
04.15    Le Vif L’Express

__

Presse radio

2006

04.06    France Culture – Double Culture

__

Presse TV

2005

12.07 TV5 Monde – Hep Taxi !
11.27 No Télé – Info HO
10.21 RTBF La Une – Hep Taxi !

__

Dossier de presse silenzio – Contretype